Au fil d’un mot

Eh hop ! Je reprends le fil. Mais, est-ce le même ?

Un fil. Comme un bourdon autour duquel se développe une mélodie, voire s’articule un album.

Un fil sur lequel avance la funambule.

Un fil, celui de la pensée qu’on déroule en enfilant les perles des mots. Les mots qui ont un sens et nourrissent les idées…

Et  de fil en aiguille (non parce que là, en fait, je cherche l’articulation avec la suite sans couper le fil ni faire de nœud…) j’en viens à saisir un mot. Un seul. Parce que si le sens se construit au fil du texte, un mot tout seul est sémantiquement riche, c’est-à-dire qu’il est porteur de plusieurs sens (il n’y a qu’à plonger dans un dictionnaire pour s’en rendre compte) et par là même de plusieurs vibrations. il va ainsi pouvoir résonner différemment pour une personne ou pour une autre. (Je me souviens de la réaction horrifiée d’une amie un jour que je lui avais parlé d’ermite : si pour moi il s’agissait d’une personne vivant seule, pour elle, il s’agissait avant tout d’une personne sale.)

Prenons par exemple le verbe « répéter ».

Répéter encore et encore sa leçon ça sonne laborieux, ennuyeux, voire carrément rébarbatif. C’est en tous cas, la première résonance que produit ce mot sur moi. Autant dire qu’il me plombe. Et ce d’autant plus qu’en écho, j’entends les contraintes qui enferrent, le bourrage de crâne et le formatage, les répétitions de langage comme un disque rayé, l’histoire qui se répète — faute d’avoir retenu la leçon… Encore pire peut-être, en dernier murmure, venant de loin, il y a ne pas savoir tenir sa langue et dévoiler un secret : répéter est porteur de trahison !

Bref, il y a, en tous cas je mets beaucoup de lourdeurs dans ce mot que je préfère éviter tellement je le vois contraire à la liberté de mouvement et quand j’entends parler de phrases ou d’exercices à répéter, je me ferme comme une huître.

Pourtant, répéter c’est aussi apprendre. « Redire ou refaire pour s’exercer, pour fixer dans sa mémoire » dit mon Petit Robert, affiner le geste pour être libre dans son mouvement… Comment danser sinon ?
Comment savoir chanter sans répéter ? Ah, voilà le verbe qui s’éclaire : il est nécessaire de répéter pour éviter de répéter les mêmes erreurs. Je commence à entendre les harmoniques. Il est chouette ce mot finalement.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s