C’est le printemps des poètes !

Nous sommes à mi parcours du printemps des poètes dont j’ai manqué le début. Comme j’ai zappé la fête du livre à Bron le week-end dernier — alors qu’initialement je convoitais d’aller y faire un tour. Comme j’ai laissé passer la date de la participation à la semaine de la langue française et de la Francophonie en Rhône-Alpes (mais là, c’est toutes les années la même histoire : je prends connaissance de la liste des dix mots, je me dis que j’ai beaucoup de temps avant moi, et j’oublie consciencieusement le courriel au fond de ma BAL). Bref.

En mars c’est le printemps, le réveil de la nature et des mots. C’est le moment d’écrire poésie.

Ecrire sur ?
Loin de moi l’idée de me lancer dans un essai sur le sujet. Je partagerais bien volontiers une citation par contre, une belle phrase que j’aime bien, transmise un temps sur facebook.
Poésie_ManièreDeVivre
En tapant la phrase dans mon moteur de recherche pour trouver trace de l’origine de la citation, je découvre Yves Bonnefoy. J’irais bien plus loin, mais il n’est pas l’heure d’emprunter un chemin de traverse.

Ecrire un souvenir ?
J’étais en CE2. L’instituteur avait mis à disposition des élèves un casier de poèmes au fond de la classe. Je me souviens tenir en mains ce texte merveilleux de Jacques Prévert, En sortant de l’école. il m’avait enchanté au point que j’avais décidé de l’apprendre, malgré sa longueur : j’ai besoin d’aimer pour fournir des efforts.

Ecrire un poème ?
Jouer avec les mots. Comme Nougaro. Oh ! C’est mettre la barre haut ! Oui, mais c’est tellement beau.

J’aime la vie quand elle rime à quelque chose
J’aime les épines quand elles riment avec la rose
J’aimerais même la mort si j’en sais la cause
Rime ou prose

Ah !
« Je ne suis pas poate assez » a dit Lacan, je crois avoir noté au cours de mes années universitaires. Mais je ne saurais pas en dire plus. Je ne cherche pas à comprendre, je sais seulement que j’aime les jeux de langage.

Ecrire un poème donc. Comme ça. D’un claquement de doigts. Nourri de la douceur printanière et du chant des oiseaux. Laisser venir les mots, laisser couler le flot…

Même pas une goutte.

Le chat miaule derrière la porte. Ok, je le fais rentrer. Il s’installe sur le fauteuil, sans me remercier. Je reprends mon stylo plume qui menace de dessécher… Et si je descendais la barre trop haut ?

Tic-tac de l’horloge.
Je ne me sens pas plus inspirée. J’ai le regret de constater que je ne suis pas assez poète…

Eh Petite Rosette
Arrête le vélo dans la tête
Ecrire en vers ne se décrète
Il faut ouvrir la vanne secrète

Arrêter le vélo dans la tête, certes, certes.
Allo mental, veux-tu bien lâcher les commandes ?… S’il te plaît. T’es tout raide, tout plombé. Détends-toi donc un peu. Allez, relaxe, libère-toi ! Met de la couleur, comme la danseuse sur la photo (dont je ne saurais citer l’auteur…)
Danseuse_peinture
qui illustre très bien une phrase de Jaques Salomé (Vivre avec soi, Editions de l’homme 2003; J’ai lu 2008) :

Soyez les poètes de votre vie.
Osez chaque jour mettre du bleu dans votre regard, et de l’orange à vos doigts, des rires à votre gorge et surtout, surtout, une tendresse renouvelée à chacun de vos gestes.

Et une couleur pour chaque voyelle dirait Rimbaud.
Oh ! Ronds dans l’eau.
Dans l’air, les vibrations sonnent.
Finissons en chanson.

J’aurais voulu être poète
Pour jouer des sonorités
Et faire rimer des mots en fête
Transmettre la joie et la gaieté

Oui, bon.

2 réflexions sur “C’est le printemps des poètes !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s