Il y a

Envie de légèreté. Et puisque la neige est annoncée, partage d’un poème d’il y a dix ans. 

Il y a le ciel bas.

Il y a les flocons qui dansent, virevoltent et tombent, plus ou moins fins, plus ou moins serrés, depuis deux jours.

Il y a la magie du paysage blanc à perte de vue.

Il y a le billet pour le théâtre, ce soir.

Il y a les hésitations, l’inquiétude de conduire sur une route glissante.

Il y a le programme retrouvé sous une pile de papiers sur le bureau avec le numéro de téléphone du théâtre pour prévenir, ou qui sait, changer de date.

Il y a le frère qui rentre du boulot et qui assure qu’il n’y a aucun problème de circulation.

Il y a les gants ternis par le manche de la pelle qui a servi à déneiger l’entrée du garage.

Il y a le départ, pas en avance, comme d’habitude.

Il n’y a pas de flocons sur le pare-brise.

Il y a la descente, prudente, de la côte.

Il y a le changement de décor : la neige en fine pellicule.

Il y a l’autoroute dans le soir.

Il y a la pluie en arrivant sur Lyon.

Il y a moi, déambulant en mini-boots, sur le trottoir mouillé de la Grande Rue de la Croix-Rousse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s