L’homme du dépanneur

Dans le cadre, double, du printemps des poètes et de la semaine de la langue française et de la Francophonie : « dis-moi dix mots et j’te fais un poème ! ».

*
Je me souviens très bien
Du type du dépanneur.
C’est qu’il était chafouin,
Il me f’sait un peu peur.
Sauf que, ce dimanche-là, où il a tant draché,
J’ai été contente, ô combien, de le trouver.
Il a dû m’prendre pour une fada
En me voyant dans cet état :
Trempée des pieds à la tête !
Il m’a offert une ristrette.
J’ai un peu hésité
— Je cherchais juste un parapluie —
Je n’ai pas osé refuser,
Ne voulant pas être impolie.
Traversée de drôles de secousses
J’ai frissonné de pieds en cap,
Avant de m’sentir tout’ vigousse,
Avec l’énergie d’un tap-tap.
Alors il m’a raconté son pays
Aux longs, longs hivers de poudrerie,
M’a confié sa fuite pour échapper
A un certain méchant champagné.
Il n’avait plus l’air si chafouin
A la lueur des lumerottes.
C’était un homme qui v’nait de loin,
Riche de mille histoires polyglottes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s