la beauté d’un accessoire n’est pas accessoire

[Défi une pastille par jour 14/100]

J’avais besoin d’une ceinture pour tenir des pantalons devenus trop grands suite à un changement d’alimentation. Une simple ceinture, un accessoire pratique et passe-partout que je puisse porter aussi bien avec un pantalon rouge, gris-vert ou bleu marine. Une corde aurait pu faire l’affaire m’étais-je dit en pensant à Mathias Delamarre, le préhistorien*. Je trouvais l’idée séduisante, mais à l’état d’idée. Je n’avais pas vraiment l’intention de la réaliser.

Dans une boutique, à Grenoble, profitant des soldes pour acheter un pantalon à ma nouvelle taille, j’ai regardé les ceintures exposées sans ressentir de coup de cœur. Réceptive à mon hésitation, la vendeuse est allée chercher d’autres modèles. Autre qualité, autre catégorie de prix. Je n’avais pas l’intention d’investir dans une ceinture, j’avais seulement besoin d’un accessoire utile. Mais l’utile peut être beau et la multicolore tressée me plaisait bien.

La vendeuse a argumenté : « Tout cuir, fabrication française… »

Tout cuir… Ah… Peau animale…

De végétarienne à vegan, il y a un pas que je n’ai pas franchi. Belle facture, cette ceinture. Et puis originale. Alors oublié l’accessoire basique, la fantaisie de qualité l’a emporté. Voilà.

*Un peu plus loin sur la droite, Fred Vargas, 1996, Editions Viviane Hamy

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s