Douche cérébrale (3)

Mercredi 26 octobre

Je voudrais être vive, je voudrais être forte, je voudrais être dynamique, aller chercher une grande échelle, la porter en courant au pied de l’arbre, la poser avec détermination. Et voir Yogeeti descendre. Ou attendre Yoann en fin de journée et monter le chercher. Mais voilà, je me sens fatiguée, tendue, raide. Trop stressée pour avoir bien dormi. Et je suis en train de choper la crève ! Merdum ! La gorge qui gratte, le nez qui s’encombre. Ça sent pas bon. Et puis en prime j’ai mal aux reins. Allez Estelle, ça va aller. Respire un grand coup.

Je suis fatiguée et tendue et je ne sais pas quoi écrire. Je n’ai pas envie d’écrire. Ah quoi bon écrire ? Pffff. Pourquoi j’écris d’abord ? A quoi ça sert ? Yogeeti. Dans l’arbre. Encore. Purée, mais pourquoi il n’arrive pas à descendre ! Yogeeti, t’as peur ? Mon chou. Mon chat. Je suis là. Pas très puissante, mais je suis là. Si j’étais girafe, tu pourrais descendre le long de mon cou… C’est l’image qui m’est venue hier. Purée, je suis incapable de ne pas être fatiguée. Ça me saoule ! Et ? Et je suis artiste. C’est l’exercice que Mireille nous avait fait faire l’année dernière dans son atelier. Je ne sais plus ce qui me saoulait ce soir-là, mais je répétais « ça me saoule » à chaque fois qu’elle me demandait « et ? » . Elle est passée à la personne suivante et c’est là que j’ai compris que pour sortir du cercle infernal, il suffisait de se connecter à sa qualité profonde (bon, ça fonctionne pour les situations pas trop désespérées…). Moi, j’étais obtuse : « ça me saoule ! » et puis c’est tout. « Ça me saoule. » Et là maintenant je tousse. J’ai vraiment quelque chose dans la gorge. Besoin de boire quelque chose de chaud.

Comment je peux être là, fatiguée, avachie sur la chaise, jambes croisées, tête appuyée sur la main droite, alors que Yogeeti est toujours à quatre mètres du sol ? Je devrais voler à son secours. Sauf que je ne suis pas wonder woman… J’ai l’impression d’être un poids mort ou pas loin. Mon corps pèse des tonnes. Il me montre ses limites. Ouaich, mon corps, je t’aimerais plus vif, plus résistant. J’exagère ? Ben oui, peut-être, mais bon.

Je me rappelle un rêve de cette nuit. Les parents dans la maison. Le daron avait enlevé la cheminée. La pièce était plus grande, mais pas pour longtemps, parce qu’après il y avait plein de meubles pour la combler voire la surcharger. Et puis j’étais à une animation tzigane. Une jeune fille allait conter une histoire. Je me suis assise à la grande table où était la conteuse. Il y avait des chaises en arrière plan contre un mur. Ça se passait sur une terrasse couverte. Et puis, je vois passer… Matthieu Kassovitz, je crois bien. Grande émotion pour moi, mais lui ne me voit pas du tout. Sur ma gauche, il y a un jeune homme assis sur la rambarde qui me regarde. Il me fait des signes, d’un air de dire : « Eh regarde-moi. Matthieu Kassovitz c’est moi. » Ça me fait rire. Et je suis en bien meilleure forme que je ne le suis ce matin.

Je vais boire une infusion bien chaude. Voire un thé… Et puis je m’habillerai et j’irai sonner chez les Cottençon. Ils n’étaient pas là hier matin quand j’y suis passée. Ils sont rentrés plus tard. Quand je me préparais à partir au boulot. Oh la galère hier ! J’ai mangé à moitié avant de partir et encore, de la soupe, parce que les haricots n’étaient pas cuits. 

J’ai des frissons. Pourtant, je n’ai pas froid. Je sens ma gorge enfler de l’intérieur. Bouh ! En fait, j’ai froid sur le cou. Dehors il y a du brouillard. Mais il ne pleut plus. J’espère que le soleil va sortir. Allez, Yogeeti, je viens !

(A suivre…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s