Connexion télépathique

[Yogeeti, le chat d’Estelle, est coincé depuis deux jours en haut d’un arbre dans la cour d’une maison voisine à vendre. Deux jours qu’elle cherche une solution pour l’en faire redescendre, sans succès : il reste perché. Ce mercredi, Estelle a trouvé une grande échelle et compte bien, avec l’aide de voisins, récupérer son chat. Mais vouloir n’est pas pouvoir et elle a seulement réussi à le faire grimper plus haut. En attendant la venue de son frère, Yoann, elle décide de tenter une communication avec Yogeeti.]

Estelle s’est installée dans son salon et a lancé le protocole audio le plus long enregistré dans son ordinateur. Particulièrement tendue et manquant d’expérience, elle a besoin du détail de toutes les étapes pour espérer atteindre le niveau de détente nécessaire qui lui permettra d’entrer en connexion avec son chat. Les yeux fermés, elle se concentre autant que faire se peut sur la voix de la communicatrice professionnelle avec laquelle elle a suivi une formation deux mois auparavant. Faisant abstraction de son mental résistant à la mise sous cloche dans son cadre familier, elle se représente avec conviction son théâtre intérieur.

Des images d’animaux lui viennent : un panda, un berger allemand genre Mabrouk de trente millions d’amis. Et puis c’est le noir. Estelle sent la peur. Et aussi de la tristesse. Une grande solitude. Elle visualise un ours descendant d’un arbre à reculons, pour montrer à Yogeeti que c’est possible et l’inciter à tenter l’expérience. Elle visualise l’échelle et la bâche : « regarde Yogeeti, ce sont des outils pour t’aider. » Elle rassure son chat de cœur à cœur, lui répète qu’elle l’aime, qu’elle a confiance en lui. Puis à nouveau, c’est un défilé d’animaux : une tête de lionne, des campagnols, un gros rat noir mouillé et menaçant, un tigre, un lièvre. Et puis le soleil. Yogeeti vient alors se frotter contre elle avant de partir, léger, détendu. Estelle lui répète qu’elle met tout en œuvre pour lui porter secours…

Oui, ça elle en est convaincue. Que son chat l’ait entendue… Elle en est moins sûre. Après tout, qu’est-ce qui prouve qu’elle ne s’est pas tout imaginé dans la tête ?

Estelle se connecte une nouvelle fois au groupe de communication animale. Cette fois son message est bien en ligne. Il n’y a plus qu’à attendre des commentaires et la venue de Yoann en fin d’après-midi. A treize heures trente, il est peut-être temps de passer à table.

Estelle déjeune face à la porte-fenêtre. Elle se nourrit sans plaisir, sans goût pour son assiette de haricots accompagnés d’une galette aux cèpes. Elle se dit que Yogeeti doit avoir faim là-haut… Elle se demande quand reviendra le soleil… Un grand soleil qui fera disparaître l’humidité et réchauffera l’atmosphère. Elle se rappelle qu’elle a l’aspirateur à passer, des plats à cuisiner pour les jours qui suivent. Oui, mais quoi ? Salade de lentilles et œufs. Oui. C’est bien. Ça cale.

Estelle sort une petite casserole pour les œufs, une plus grande pour les lentilles. Les remplit d’eau. Quelqu’un sonne à la porte. Il est trop tôt pour qu’il s’agisse de Yoann. Estelle va ouvrir et est surprise de trouver là monsieur Cottençon. Sans doute vient-il pour son échelle… Il est de fait venu aux nouvelles.

– Alors le chat ?

– On n’a pas réussi à le faire descendre ce matin. Yoann doit passer tout à l’heure. Votre échelle est toujours contre l’arbre. Ça vous ennuie ?

– Oh non.

Estelle se détend un peu. Madame Séville sort de chez elle.

– Oh la la ! Quel souci ce chat !

– Ce n’est qu’un chat.

La remarque froide de monsieur Cottençon glace Estelle. Fin de l’échange.

– Bon, ben, allez. Bonne journée.

– Au revoir.

Estelle referme la porte. A clé. Oh ! Quel odieux personnage !

Tandis que lentilles et œufs durs refroidissent dans un plat sur la cuisinière, Estelle se connecte à nouveau sur la page du groupe de communication animale. Il y a deux commentaires. Un premier d’une personne qu’elle ne connait pas, Sophie, dont les mots lui serre le cœur : Yogeeti a peur et besoin d’aide. Le deuxième est de Christophe, qu’Estelle a déjà eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois avec sa compagne, Isabelle, chez une amie commune. L’émotion qu’Estelle ressent à la lecture de : Yogeeti a confiance en toi est à la hauteur de ses doutes. Christophe lui propose de venir lui prêter main forte si elle en a besoin. Estelle remercie les deux intervenants. Elle compte avant tout sur son frère, toutefois elle n’hésitera pas à contacter Christophe si jamais Yogeeti n’était pas descendu de l’arbre ce soir. Mais il sera redescendu. Il faut y croire. Il faut ? La formule est un peu rigide. Estelle, moins sereine que l’avant-veille, sait qu’il ne sert à rien de vouloir imposer quoi que ce soit, que c’est rigoureusement inutile, voire contre-productif. Avoir confiance dans le déroulement des événements est nettement plus prometteur : Je pose des actes qui aboutiront à une issue favorable. A un moment. Le plus tôt possible. Estelle se rassure en se disant qu’elle fait de son mieux et que Yogeeti a confiance en elle. Oui mais… Il y a toujours ce doute insidieux qui la tourmente : fait-elle le maximum ?

(A suivre…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s