Le TRIO – épisode 3

La caissière insiste : l’entrée est à trente euros, ce qui représente une somme certaine. Elle tape sur son clavier en expliquant qu’elle va voir ce qu’elle peut faire. Il lui reste des places au tarif groupe, ce qui met la place à moitié prix, quinze euros.

Nina la remercie et lui tend sa carte bleue, mais la caissière la refuse : le règlement s’effectue en espèces. Nina a un temps d’hésitation. Elle baisse la tête sur son porte-feuille se demandant si elle a la somme, puis tend, soulagée, les billets à la caissière. Celle-ci lui indique comment accéder à la salle qui se situe au deuxième étage.

Axelle : Waouh ! Juste à l’heure et une entrée à demi-tarif ! Franchement, c’est génial ! Bon, ça va faire manger un peu tard, mais je ne peux pas dire que j’aie faim.

Nina : Moi non plus.

Lou : Et moi non plus. Par contre faut que j’aille aux toilettes. J’espère que j’ai le temps…

Nina : Oh oui. T’inquiète.

Lou s’éclipse et reparait à l’ouverture des portes de la salle. Le trio suit le mouvement des spectateurs et pénètre dans un antre sombre, déjà bien remplie. Il reste quelques places sur les bords.

Axelle : On n’est pas mal là.

Nina : Ouais, pas mal du tout.

Nina essaie de se souvenir d’une critique qu’elle a lue au sujet de cette pièce. Elle se souvient surtout qu’il s’agissait d’une bonne critique.

Le comédien entre par l’allée des spectateurs. Dans le noir, Nina sent sa présence. Puis entend les premiers mots. En anglais. Passés quelques instants nébuleux, Axelle est heureusement surprise de se rendre compte qu’elle comprend : Shakespeare est accessible !

Les textes s’enchaînent sur différents modes émotionnels. Lou frissonne. Elle se demande si elle ne va pas en faire des cauchemars. Le comédien est magistral. Les chaises qui apparaissent de plus en plus petites sur la scène rappellent à Nina que la critique en parlait. Lou fredonne presque avec le comédien : ça tourne pas rond dans ma p’tite tête… Elle se remémore ce dimanche après-midi de son enfance où elle a entendu cette chanson pour la première fois à la télévision. Les paroles l’avaient d’abord énervée : c’est quoi cette histoire de gamin capricieux qui mériterait une bonne paire de claques ! La fin du dernier couplet l’avait refroidie et déstabilisée :

J’sais pas c’que j’ai, j’aime bien faire mal
Depuis que mon petit frère s’est noyé
Et qu’on dit que j’l’ai poussé…

Fin du spectacle. Des salves d’applaudissements saluent la performance du jeune comédien. Alors que des personnes sont déjà en train d’échanger des commentaires, le trio quitte la salle en silence. La lumière forte du couloir marque le retour à la réalité.

Nina : Ça vous dit de manger ici ?

Lou : Oui, pourquoi pas ?

Axelle : C’est une bonne idée. Pas la peine d’aller chercher plus loin.

Le trio gagne la salle du restaurant. Il reste quelques tables de libres. Une serveuse installe le trio et lui propose le menu. Il s’accorde sur les pennes. Lou commande un verre de vin.

Lou : Faut se faire plaisir dans la vie.

Nina : Oui, tu as raison.

Lou : On trinque ?

Axelle : A l’eau ?

Lou : Ben oui.

Axelle : Mais à quoi ?

Nina : A ce séjour parisien magique !

Lou : A la folie !

Axelle : Il est pas mal ce restaurant, quoique un peu sombre. Qu’est-ce que vous avez pensé de la pièce ?

Nina : Que du bien.

Lou : Trop fort ! Je me dis qu’il faut être sacrément sain d’esprit pour jouer un tel spectacle sans risquer de basculer…

Axelle : Tu veux dire du côté obscur ?

Lou : Non ! Mais t’imagines ! Ils sont puissants ces textes. Il y a de quoi être entraîné sur les pentes de la folie.

Nina : En même temps, c’est le boulot du comédien. Il sait faire la part des choses. Il n’est pas comme toi.

Lou : Ah, c’est censé être drôle ? Sérieusement, ça ne vous touche pas plus que ça ? Vous ne pensez pas que ça puisse être perturbant ?

Axelle : Ben non. C’est le jeu du comédien. Pourquoi un rôle de fou serait plus perturbant qu’un autre rôle ?

Lou : Ça remue des choses profondes. Les autres rôles aussi bien sûr. Mais là, j’sais pas… J’y vois un degré supplémentaire.

Nina : Et si on mangeait avant que ça refroidisse ?

Lou : Oui, on mange. N’empêche j’ai été fort impressionnée par euh… Comment s’appelle-t-il d’ailleurs ?

Nina : Arnaud Denis.

Lou : Quelle performance !

Axelle : Ouais. Tu n’es pas la seule à avoir été impressionnée. Hmmmmm. C’est bon.

Le trio savoure son plat de pennes.

Nina : On est bien, vous ne trouvez pas ?

Axelle et Lou : Oh que oui !

Nina : Je ne sais pas comment sera la journée de demain, mais jusqu’à présent, tout s’est déroulé on ne peut mieux.

Axelle : A l’exception de la SNCF, mais c’est tellement récurrent que ça en devient normal, si j’ose dire…

Lou : Pour une fois que le TER était à l’heure, c’est le TGV qui avait du retard. C’est hallucinant ! Mais bon, c’est vrai qu’une fois à la capitale, on a réussi à dérouler le programme prévu.

Axelle : Heureusement que c’était le jour de la nocturne pour Fra Angelico, hier, sinon on arrivait trop tard.

Nina : Ça fait toujours un drôle d’effet de voir en vrai des tableaux vus dans des livres ou en diapos. Mais ce que j’ai préféré ce sont les enluminures.

Lou : Ah oui, ces pages de livres géants ! Quel travail !

Axelle : Et aujourd’hui qui aurait pensé qu’on soit là à temps ce soir pour Autour de la folie ?

Nina : On est vernie !

Lou : Le hasard fait bien les choses.

Axelle : Le hasard ?

Nina : Quoi d’autre ? Tout s’est effectivement bien combiné, on ne peut que s’en réjouir.

Lou : Le hasard et nous, on peut dire. Parce que si on avait hésité ou renoncé parce qu’on estimait qu’on n’avait pas le temps, on n’aurait jamais fait tout ça.

Axelle : C’est pas faux.

Lou : On est trop forte !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s