Patchwork 3/30

Là, une coquille d’escargot ou je me trompe ?

Le tableau d’un mètre sur deux représente une éléphante qui nous fait face, un pachyderme imposant de par sa stature, joyeux de par sa posture. On est tout de suite séduit, séduite, par la puissance tranquille que dégage l’animal, puis attiré, fascinée, par le détail d’une ride de la peau, par l’éclat du regard, par le mouvement de la trompe qui semble nous saluer et nous inviter à le suivre à une fête qui se déroulerait quelque part en arrière plan, au cœur du paysage.

Difficile de réprimer un élan à entrer dans le cadre. Impossible de ne pas sourire, enveloppé de la bienveillance rayonnée par l’éléphante. On pourrait, on peut, passer un temps infini à la contempler et se laisser imperceptiblement entraîner dans le mouvement.

La discrète croûte de peinture à la racine de la trompe échappe longtemps au regard. Il arrive même qu’on ne la remarque pas.

Une fois repérée, elle intrigue. Qu’est-ce donc que cette minuscule aspérité ? Pour le deviner, il est nécessaire de s’approcher. Le nez sur la peinture, ou presque, on découvre la finesse du dessin d’une coquille d’escargot.

Le détail interroge la raison, provoque diverses réactions, du froncement de sourcils à l’envie de gratter la peinture pour le faire disparaître. Il a été source de débats enflammés entre experts. On dit que certains sont devenus fous à chercher, en vain, une symbolique satisfaisante à la représentation. L’artiste n’en a jamais livré la clé, se contentant d’un sourire mystérieux à chaque fois qu’on lui demandait une explication.

Il n’y a parfois rien à expliquer. Rien à comprendre. Seulement à recevoir, à suivre ses sensations. Suivre l’invitation à la fête de l’éléphante à l’énigmatique escargot posé sur le haut de la trompe : entrer dans la danse !

ôtez vos chaussures et dansez !
Eteignez l’ordinateur, coupez votre smartphone et dansez !
Sortez de votre bureau ou montez dessus et dansez !
Dans votre salon, pieds nus dans l’herbe, à l’arrêt de bus ou dans les bois, où que vous soyez, retrouvez la joie de mouvoir votre corps : dansez !
Au lever du jour comme au clair de lune, à n’importe quelle heure de la journée, seul ou accompagnés, joue contre joue, en ronde ou en farandole : dansez !
Ici et là, tout autour de la Terre : dansez !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s