Journal (3)

4 juin

Oh la la, est-ce que j’ai bien envie de remplir mes trois pages, moi, ce matin ? Eh bien pas vraiment.
Je me lève encore bien tard aujourd’hui — presque dix heures, bon, c’est vrai que j’ai lu jusqu’à une heure du matin, voire au-delà — et ça m’embête pour deux raisons : d’une, j’ai les courses et la cuisine à faire, et de deux, je me lève à trois heures demain matin. Ça va drôlement me changer de rythme. On verra bien.

Je ne sais pas quoi écrire.

Je serais bien restée couchée encore un peu avec Bagheera. Bagheera qui vient sur mes genoux à chaque méditation, c’est rigolo ! Et voilà, je baille. Je n’ai pas beaucoup d’énergie ce matin. Hier, Y. m’a apporté des potimarrons à planter. J’ai remplacé ma séance de récapitulation du module 5 de l’AVM par une séance de jardinage. J’en ai profité pour planter les iris par la même occasion. Voilà. Ça, c’est fait. En mettant des cailloux autour pour que je n’approche pas trop la tondeuse… Ben oui, c’est au milieu de la pelouse. Petit à petit, ça prend forme. Pour l’heure je n’ai pas de vue d’ensemble, je sens que ça mériterait un peu plus d’attention, mais avec le temps (la pluie) et le temps (celui qui manque parce qu’il faut gérer les priorités) ça reste en attente. Cour en jachère. Devant aussi. La voisine m’a fait remarquer que le buisson tachait le mur. Elle m’a proposé de venir m’aider à le tailler. Il n’en est pas question. Je tiens à le tailler moi-même. C’est-à-dire un peu mais pas trop. Je la sens bien me faire une coupe à ras, ce que je veux pas. Non, mais.

Un avion au milieu du concert des oiseaux. Casse-toi l’avion !

Je ne sais pas quoi écrire.

Je ne sais pas quoi faire aujourd’hui. Enfin si. c’est surtout que je ne sais pas comment je vais faire ce que j’ai à faire… Courses, cuisine, super schéma heuristique et puis ? Déjà ça, ça me prend la journée compte tenu qu’elle commence tard. Je me demande si je vais faire les courses avant midi… Je me demande… J’aime bien cette formulation. Elle vient de Sonia Choquette. C’était le défi d’hier : écrire cent « je me demande » ! Il arrive un moment où ce n’est plus évident du tout, mais ça reste un exercice très chouette. A refaire régulièrement.
Bon, là, je vais pousser la porte parce qu’il y a un petit air frais, trop frais. J’ai l’impression de n’avoir pas les neurones tous bien connectés : je bogue sur des phrases, en milieu de phrase… Allo, allo les neurones, il est temps de se réveiller et de s’activer ! Un petit verre de jus de carotte au chlorure de magnésium vous ferait du bien ? Il est prêt. Je le laisse juste se réchauffer à la température ambiante… Si je peux employer le verbe « réchauffer » … Bref. Fin de cahier. C’est le combientième ? Aucune idée. Je vais aller le ranger et en entamer un nouveau demain. Au milieu de la nuit. Lundi et mardi, je travaille encore du matin, mais moins tôt, je ne commence qu’à sept heures. Cool !
Je me demande quand je vais retourner à la Croix-Rousse, au magasin Artisans du monde. Je voulais y acheter un truc à pendre dehors. En espérant que personne ne l’ai acheté avant. S’il m’attend c’est qu’il est pour moi. Sinon, j’en trouverai un autre qui me correspondra mieux. Quoi qu’il en soit, faut que j’y aille. Bientôt.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s