Journal (13)

14 juin

Walter m’a réveillée. Sans miauler. Juste en tournant autour du lit. Je me suis levée, lui ai donné à manger, fait rentrer Mirabob et Yogeeti (ah bon, toi aussi tu étais dehors ?) et me suis demandé si ça valait la peine de me recoucher pour une demi-heure… Il fait jour, les oiseaux cuicuitent, je reste debout. Pas bien réveillée je sais, mais être à nouveau réveillée alors que je viens de me rendormir, ah non, je sens que ça pourrait être affreux. Peut-être même que ça pourrait déclencher un mal de tête. Va falloir que je fasse attention avec ma tête aujourd’hui. Que j’y aille en douceur. Bon, là, maintenant, dans un quart d’heure c’est le générique que j’adore : « ton réveil sonne, tu ne bouges absolument pas, [la phrase que j’ai oubliée…], tu refermes les yeux. » Je n’aurais pas fini ma douche cérébrale dans un quart d’heure. Est-ce que j’allume la radio quand même ? Normalement, non. C’est quoi normalement ? Bouh ! Je suis en dehors des normes d’abord ! Je suis poète, donc, je fais comme je veux, comme j’en ai envie, comme je le sens.

J’aimerais bien écouter « Un autre jour est possible » en direct plutôt qu’en différé. J’ai à peine dix minutes pour remplir deux pages donc. C’est quoi les affirmation que je vais écrire et réécrire aujourd’hui ? Oh, je n’ai pas lu les principes de bases hier soir… Bon, ben, tant pis.

Moi, La Petite Rosette, j’ai du talent. Moi, La Petite Rosette, j’ai du talent. Moi, La Petite Rosette, j’ai du talent. Moi, La Petite Rosette, j’ai du talent. Moi, La Petite Rosette, j’ai du talent. 
Voilà pour la première. J’aime moyen les affirmations issues du livre. Elles commencent par « j’ai le droit… » ou « j’ai la volonté… » et ça me semble lourd, forcé. Donc, ma deuxième affirmation à moi :
Moi, La Petite Rosette, j’ai suffisamment d’imagination pour écrire un roman. Moi, La Petite Rosette, j’ai suffisamment d’imagination pour écrire un roman. Moi, La Petite Rosette, j’ai suffisamment d’imagination pour écrire un roman. Moi, La Petite Rosette, j’ai suffisamment d’imagination pour écrire un roman. Moi, La Petite Rosette, j’ai suffisamment d’imagination pour écrire un roman…
Et donc, quand est-ce que je m’y mets ? Troisième affirmation :
Moi, La Petite Rosette, je vais écrire un roman. Moi, La Petite Rosette, je vais écrire un roman. Moi, La Petite Rosette, je vais écrire un roman. Moi, La Petite Rosette, je vais écrire un roman. Moi, La Petite Rosette, je vais écrire un roman. 
Voilà. J’ai un recueil de nouvelles en préparation aussi. Aïe, aïe, aïe ! Mon mental commence à élaborer tout ce que je pourrais faire… pour peu que je prenne le temps, que je m’attèle à la tâche, que j’ose le faire. Yep !

Ah, six heures passées, j’ai manqué le générique. Tant pis, ce n’est pas ce matin que je choperai la phrase qui me manque. Cette semaine, la première partie de l’émission parle des shadoks. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
Finir les quelques lignes qui restent, la radio allumée… Aïe, aïe, aïe ! Ecouter l’émission tout en étant concentrée sur ma douche cérébrale… Euh, qu’est-ce que j’écrivais d’entrée ? Que je devais faire attention à ma tête… Il faudrait aussi que je sois inspirée d’un sujet pour un roman.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s