Douche cérébrale (19)

20 juin

C’est l’été ! Et la pleine lune. Je supporte très bien ma robe de chambre… Et la couverture sur la couette la nuit. Drôle de jour d’été. Les, des voisins font du bruit. Ça, c’est chiant. Je déteste le bruit des appareils à moteur. Ça saoule grave ! Oh, ta gueule moteur ! Débranche voisin ! Sérieux, je serais si bien sans voisins. Ah, les petits oiseaux dans le silence ! C’est vachement plus agréable !

Je ne suis pas encore bien réveillée. J’émerge doucement. Tout doucement. J’ai une semaine de congés et le sentiment d’avoir un programme trop rempli. En fait, je rêve de quelques jours sans programme, sans rien du tout à faire. Sauf que là, j’ai le ménage déjà, l’extérieur (oui, moi aussi je vais faire un peu de bruit, le temps de passer la tondeuse), deux étapes de l’Académie de la Vie en Mouvement si je ne veux pas perdre définitivement pieds, mon blog à relancer avec Persiflette, le shiatsu avec I… Je comptais aussi aller à Lyon, prendre un rendez-vous pour un premier cours de chant, aller passer peut-être une journée à Grenoble… Bon. Compte-tenu qu’il n’y a que sept jours dans une semaine, ça fait beaucoup de choses alors que j’ai envie de douceur, de prendre le temps, de lenteur. Je n’ai aucune envie de jouer l’hyperactive. Donc, je vais y aller doucement. Comme je le sens.

J’avais pris les horaires de train pour Lyon, je n’irai pas aujourd’hui. Priorité à la maison : intérieur et extérieur si j’ai le temps et l’énergie pour les deux. Je me demande si tout ce que je fais avant de commencer la journée — les trois pages et les pages du cahier du défi des 100 jours — ne m’englue pas. Ça me pose certes (sauf que là tout de suite non, ce putain de taille-haie électrique commence à me faire tourner en bourrique ! STOP là ! Ça suffit ! Merde ! Fait chier ! Connard !).
Je disais : les trois pages et le défi du jour me posent dans l’être, mais à un moment faut passer au faire.
Quand il y a du bruit insupportable, qu’est-ce qu’il reste à faire ? Le couvrir. Allez, je branche la radio. Ça va être trop cool pour écrire…

Je tombe sur de la musique. J’allais écrire : tiens, je suis sur France Musique ? Ah ben non, c’est bien France Culture, suivent les commentaires. C’est l’heure de… Je ne sais plus le nom de l’émission. Absence. Une émission sur l’histoire. Bref. J’aimerais mieux écouter les petits oiseaux. Je n’ai pas très envie d’écouter la radio.
Et de la musique ? Mouais. Ch’ais pas. Quelle musique ? Que genre ? Faut choisir. Quelque chose de doux. Faut que je trouve un CD… Avishai Cohen ? Pourquoi pas. Faut juste mettre assez fort pour plus entendre l’extérieur… Je ne comprends pas comment c’est possible qu’il y ait toujours quelqu’un qui taille quelque chose alors que les terrains sont petits.

J’écoute Avishai Cohen et je ne sais plus quoi écrire. Ce n’est pas le but. Je suis emportée par la musique, c’est chouette mais ce n’est pas comme ça que je vais faire quoi que ce soit. Je me donne la permission d’être. Sans rien faire.

Ouh ! Pas facile !

Je laisse filer les scrupules comme des nuages.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s