Douche cérébrale (20)

21 juin

C’est la fête de la musique aujourd’hui et comme par hasard, il fait humide. Il ne pleut plus, mais il a plu cette nuit. C’est cool la pluie nocturne et matinale : ce matin je n’ai pas été réveillée par une tondeuse ou un taille-haie, ni une tronçonneuse. Matin calme. On n’entend que les oiseaux. J’ai ouvert la porte-fenêtre pour faire rentrer Mirabob. En fait il pleut. Une petite pluie fine.

Faut que je me réveille en plein. Mes yeux se ferment tout seuls. Et je baille. Je me suis couchée un peu tard hier soir. Je voulais lire un chapitre de Dans les Bois éternels. Un peu de lecture avant de dormir ça fait du bien. Même quand on a sommeil, je dirais même : surtout. Après j’étais partie pour bien dormir, m’abandonner dans les bras de Morphée… Ce qui me rappelle un rêve. Le vétérinaire (je ne sais plus son nom) me demande de me tenir dans ses bras cinq minutes. Il se tient dans mon dos, son corps enveloppe le mien. Je lui tiens les mains et on reste là, comme ça, un moment.

J’écrivais donc que j’étais partie pour m’abandonner dans les bras de Morphée, mais c’était compter sans les chats. Bagheera d’abord qui miaule derrière la fenêtre alors que celle de la petite chambre était ouverte. Enfin, du coup, j’ai eu un doute et je me suis levée : je l’ai trouvée sur le bureau. Il y a eu le tour de Yogeeti (que j’ai pris pour Walter) puis celui de Mirabob… J’avais mis le réveil. Je l’ai arrêté.

Aujourd’hui, je ne pourrai rien faire dehors compte-tenu du temps. Chouette ! Je vais pouvoir me consacrer au ménage. Ce n’est pas ce que je préfère, mais je n’ai pas de choix à faire. Je ne délaisse pas une chose pour une autre. Je fais juste celle que je peux. Et donc, ménage. Même si ça ne m’enchante guère… A un moment faut bien le faire. Oui.

Je ne sais pas si je vais à l’atelier chant ce soir. Je ne suis pas très motivée. Je n’ai pas envie. Je voudrais me coucher relativement tôt, même si c’est le jour de la fête de la musique.

J’ai laissé la porte-fenêtre entrouverte et du coup j’ai froid. Allez, je la ferme. Je ne suis pas bien réveillée encore. Faut que j’aille faire quelques courses. Une brioche pour accompagner le thé. Pas mal ! Thé ou café au lait ou chocolat, compte-tenu du temps… A voir. Quand je serai revenue avec la brioche. Je n’ai plus que des galettes de riz dans le placard. J’ai fait exprès de ne pas racheter de biscottes mais, après coup, les galettes de riz au petit déjeuner ça me dit moyen. Donc, aujourd’hui, ce sera brioche et ensuite… Je n’ai pas envie de biscottes là. Mais par quoi les remplacer ? Je pense à un autre type de biscottes, à la farine de châtaigne si je me rappelle bien. Ok. Je finis, je me prépare et je vais en courses. C’est fou comme je suis encore endormie. Allo, Petite Rosette, réveille-toi, il est l’heure. Dix heures passées. Ah oui, quand même. Mais je suis en congés, je fais ce que je veux. Ah oui, j’aime bien. Je vais le répéter d’ailleurs : je suis en congés, je fais ce que je veux. Je ne dois rien à personne. Je suis libre de faire comme je l’entends. Comme je le sens.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s