Douche cérébrale (38)

9 juillet

Je comprends pas. Hier matin à cinq heures, j’avais presque froid. Ce matin à trois heures, j’ai chaud. C’est moi ou la température extérieure ? J’en veux à Walter de m’avoir réveillée à deux heures moins quart. Non, mais sérieux ! C’est n’importe quoi ce chat ! Et maintenant c’est le cahier qui m’énerve : il ne tient pas ouvert. Pfffff. A part exprimer ma colère, je ne sais pas quoi écrire. Non. Il est trop tôt. J’ai sommeil. Je baille. Aux corneilles. A m’en décrocher la mâchoire ou presque. Et je suis tendue. Enervée. Fatiguée. Gnarf, gnarf, gnarf. La matinée va être longue. Pfffff…

Je ne sais pas quoi écrire. Je ne sais pas quoi écrire. Je ne sais pas quoi écrire. Non, je ne sais pas quoi écrire et j’ai l’impression de perdre mon temps.

Je me demande si je vais manger un petit bout de quelque chose avant de partir. A trois heures et demie ? Ben oui. Je n’ai pas mangé hier soir. Je n’avais pas faim. A fond dans ma chronique j’étais. Après, douche et au lit. Je m’inquiète un peu. Pas faim. Ah bon ? Faut manger. Je ne vais pas me laisser dépérir. Ah non, sûrement pas !
Faudra que je mange un petit bout avant de partir. Un petit bout de quoi ? Je ne sais pas. Un petit bout de quelque chose.

Quand Walter m’a réveillée tout à l’heure, j’étais en train de rêver. De quoi, je ne sais plus, le rêve m’a échappé… Pourtant, je sens qu’il n’est pas loin. Plus je le cherche, plus il m’échappe. Donc, ne pas y penser. Laisser faire. Ok. En attendant, je ne sais pas quoi écrire.
Eh non.
Je ne sais pas quoi écrire.
A part que j’ai sommeil.
Et chaud.
Bref, je ne me sens pas en forme. Si j’avalais quelque chose ça irait peut-être mieux. Un tartine et un bol d’infusion ? Je ne sais pas. Ce que je sais c’est que j’écris mal. Beurk. Je pourrais m’appliquer un peu, non ? Je n’ai pas les yeux en face des trous. Sommeil, sommeil, sommeil. C’est chiant de se plaindre. Ça me saoule. Et si je passais à un autre registre ? Oui, mais lequel ?

Je ne sais pas quoi écrire.

Il est trop tôt pour écrire. J’écris n’importe quoi. Oh, une mouche ! Elle a vu de la lumière et elle est entrée. Et maintenant elle fait du bruit. Je veux dire qu’elle vole dans la cuisine. Non, je veux vraiment dire : elle fait du bruit et ça me dérange. Je n’aime pas le bruit. Le vol d’une mouche c’est comme un petit moteur. Ça me dérange.

Oh. Coup de sommeil. Je ne vais pas tarder à m’endormir assise. Ben non, tient. Je ne vais pas tarder à me lever et à faire chauffer de l’eau. Quelle heure il est ? Trois heures vingt-trois. Oups ! La Petite Rosette, ne traîne pas, dépêche-toi, tu pars à quatre heures. Oui, oui, je sais. Mais ça va. Plus qu’une demi-page.
Encore faut-il savoir quoi écrire.
Quel jour on est ? Ah oui, samedi. Samedi, vraiment ? Je n’en ai pas l’impression. C’est bizarre. Perdue dans le temps. Un jour ou l’autre, quelle importance ? Ben, faudra que je passe acheter des légumes en rentrant. Quelques courgettes et puis quoi d’autre ? Je ne sais pas. C’est pénible de ne pas savoir quoi manger. J’ai un estomac ou pas ? Qu’est-ce qui me ferait plaisir ? Là, tout de suite ? Dormir.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s