Douche cérébrale (59)

30 juillet

Il y a un merle sur le grillage dans le soleil levant. Je passerais bien du temps à le contempler. Ah ben voilà qu’il est parti. Oh la la la la, j’ai du mal à émerger ce matin. J’aurais bien dormi plus longtemps. Je n’arrive même pas à écrire. Ouille, ouille ouille ! Acte manqué d’hier  : j’ai affiché mon dernier message, ma dernière page de péage sur ma page Facebook au lieu de la diffuser sur la page dédiée à mon blog.

Ce serait bien que je me réveille un peu. Je me demande si je ne vais pas prendre un café ce matin… Un thé suffira peut-être. Oh, je suis barbouillée du ventre ! Coup de froid ou coup alimentaire ? Mais qu’est-ce que j’ai sommeil ! Bon, d’accord, je me suis couchée tard hier, mais bon j’ai dormi, quoi, sept heures, c’est déjà pas mal. Je m’endors au-dessus de mon cahier. Et si je somnolais un peu ? Si je m’accordais un sommeil flash ? Je ne sais même plus comment ça fonctionne…

Etait-il nécessaire que je fasse sonner le réveil à sept heures pour être à Saint Didier à neuf heures et demie ? J’aime bien avoir du temps. Ne serait-ce que pour faire mes trois pages ? Mais là, je dors vraiment debout. C’est fou d’avoir sommeil comme ça ! Mes yeux tiennent à peine ouverts. J’ai du mal à écrire. Je suis toute engourdie. Oh la galère ! J’ai envie d’écrire : vivement ce soir que je me couche, même si ce n’est pas vrai. Je voudrais seulement être réveillée et profiter de ma journée constellations.

J’ai sommeil ! Alors je lève la plume, je me tiens la tête entre les mains quelques instants. Ça va être laborieux d’écrire dans ces conditions. Ah ! un café ou un thé ! Quelque chose pour me réveiller ! Ah mais j’y pense, j’ai des huiles essentielles. Ah, voilà qui devrait me réveiller un peu. Allez, plus qu’une page, même pas et demie. Mais que c’est dur de garder les yeux ouverts… Ça me saoule d’être fatiguée. Bon d’accord, c’est bien de s’écouter, de prendre soin de soi mais c’est bon là, je ne suis pas une petite choses fragile. Ça suffit, je voudrais bien être plus dynamique, savoir récupérer plus facilement. non, parce que là, c’est trop galère. Je dors au-dessus de mon cahier. Je n’arrive pas à émerger. Je me sens tellement fatiguée ! Engluée dans le sommeil. Ce n’est plus l’heure de dormir, j’ai autre chose à faire. Je dormirai mieux ce soir. Voilà, mais pour le moment, hop, hop, hop ! Je me réveille. Il est l’heure de me réveiller. En douceur… Mouais.

Ok, ok ! Ah, mais si je réveillais mon corps d’abord avec quelques pas de danse en me levant, je serais peut-être plus vive ensuite… Trop tard pour ce matin, j’ai la douche cérébrale plus que laborieuse, mais ce serait bien que j’y pense pour demain par exemple. Allez, allez, un petit effort, j’arrive à la fin. Ou presque. Je ne peux pas vraiment dire que j’ai froid, je serais tout de même mieux sous la couette. Oh la la, et puis mes intestins qui me travaillent. Allez, faites votre boulot mais discrètement, gentiment.

Pfffffiou, mais que c’est laborieux ce matin ! Quelle heure il est ? Je ne sais pas. Je ne vois pas la pendule de la cafetière. La pendule de la cafetière… Un petit café. Mouais. Non. Un thé plutôt. Un bon bol de thé bien chaud. Thé russe pour ce matin. Ça me semble bien. Oui. Bien.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s