Douche cérébrale (60)

31 juillet

Il y a eu de l’orage hier soir. Ça a dû créer une coupure de jus, il n’y a plus d’heure sur la pendule (je ne sais jamais s’il faut dire pendule ou horloge…) de la cafetière. Bref, je ne sais pas quelle heure il est. Je me suis levée à neuf heures moins vingt, j’ai petit-déjeuné (ah, ce que c’est agréable de se lever avec la faim du petit déjeuner, faim de vie), fait un câlin à Yogeeti monté sur la table et puis voilà.

J’avais peur d’avoir mal à la tête suite à la journée constellations d’hier. Eh bien non. Je me sens bien. Heureuse. Joyeuse. En vie. En un et deux mots. J’ai retrouvé de l’énergie. Une belle quantité d’énergie. Hier, je suis rentrée en contact avec ma puissance, une puissance qui dormait depuis cent ans. Une puissance qui me faisait peur, qui m’impressionnait. Une puissance sympathique, une puissance gentille.

Oh il pleut. Ça rafraîchit. Donc, belle journée énergisante, hier. Aujourd’hui, je rayonne. Je me demande si ma rencontre avec ma puissance pourrait faire l’objet d’un lancer de dé… Le dernier. Ou pas. Avant de penser ordre, pensons seulement épisodes. J’en ai plusieurs en gestation. Un sur scène où il s’agit de suivre le fil du micro pour arriver devant la scène (et ne pas finir à l’arrière en traversant la montagne en carton-pâte du décor) : venir au micro et me donner un nom d’artiste… Et pourquoi pas tout simplement Rosette ? Ch’ais pas… Qu’est-ce que j’ai d’autre en stock au niveau des thèmes ? La prise de tête dans un local boursier où tout le monde court parce que le temps c’est de l’argent. Il y a aussi la tour, celle dont je gravis les marches après avoir laissé mon sac à dos ou ma valise — mon gros bagage, quoi — à une vieille femme (un gros bagage comme un boulet). Mais qu’est-ce que je trouve en haut ? On verra quand j’y serai. Une montgolfière qui représenterait ma puissance. Donc, oui, la géante endormie c’est un épisode antérieur.

Cerveau en suspension. Je pars ailleurs. Je dirai pas en méditation, c’est un peu, c’est même beaucoup comme quand je suis dans un état contemplatif, sauf que là, je n’ai pas le regard plongé dans la nature mais en dedans. A l’intérieur. Je laisse faire. La question c’est : est-ce que je peux m’occuper en parallèle ou est-ce que je me pose complètement ? Non, pas envie de me poser complètement. Je vais vaquer à mes occupations et laisser mon imaginaire créer un chemin synaptique merveilleux. J’aime bien l’idée et l’image.

Bon, mais qu’est-ce que je vais faire aujourd’hui ? Un modèle de carte de visite/marque-page pour mes blogs, ce serait cool. Ouaich ! Aujourd’hui, je crée, aujourd’hui, je donne les pleins pouvoirs à l’artiste qui est en moi. J’ai presque failli écrire : à l’artiste qui sommeille en moi, mais non, elle est bien réveillée.

Ah, je ne sais plus quoi écrire. Je suis impressionnée, je crois, par ce qui précède. Oui, oui, oui, je suis artiste et je crée aujourd’hui. Je crée ma journée. C’est aujourd’hui que je commence à faire de ma vie une œuvre d’art.

Qu’ajouter après ça ? Je ne sais pas. Rien. Juste, vivre pleinement, rester connectée à la puissance du cœur. A la belle vibration qui m’habite.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s