Douche cérébrale (61)

1e août

Oh ! Premier août ! Le mois de juillet est terminé. Je regarde le chardon dans la cour, j’ai envie de le prendre en photo. Ah oui. Je vais le prendre en photo. Sous le soleil. Euh, je suis censée écrire sans lever la plume… Oui, je sais, mais là, je suis quelque peu dérangée par la tondeuse des voisins. C’était calme ce matin, jusqu’à ce que je me lève. Bon d’accord, il est plus de onze heures maintenant. Même la demie. Mais est-il possible un matin de la semaine qu’aucun voisin ne passe la tondeuse ou taille une haie ou utilise une disqueuse ? Avec la pluie de ce week-end c’est pas gagné… Bon, bon, bon. On verra bien les jours qui viennent. Hier c’était bien. Dimanche reposant. Par contre, je me suis couchée très tard. Trop tard. Mais j’ai fait tout le repassage et rempli les pages que je n’avais pas encore remplies de mon défi des cent jours. Je n’ai pas toujours la motivation pour faire le bilan de la journée, le soir. J’avais plusieurs jours en attente. Voilà, le retard est rattrapé, je démarre ma dernière semaine à jour. Eh oui, le 5 c’est le jour 100 et le jour du deuxième anniversaire de mon blog ! Journée spéciale en perspective. Journée particulière.

J’ai prévu d’envoyer l’adresse du blog à mon carnet d’adresses. Je pourrai illustrer le message avec le bandeau que j’ai fait hier, une face de marque-page. Ça me saoule ce bruit de tondeuse. Il n’a pas bientôt fini le voisin ? Sérieux. Stop. Merde ! Et merde aussi à l’auteur de l’appel qui n’en était pas un : quand j’ai décroché, j’ai entendu un message enregistré qui disait que je devais rappeler. Non, mais, c’est quoi ces conneries ! Oh la la ! Me voilà énervée, très énervée. Font chier ces cons. Merde, merde, merde ! Pfffffff !  A la prochaine constellation, faudrait que je vois à travailler sur mon lâcher de gros mots. Quand je suis énervée, j’ai plein de vilains gros méchants mots qui me viennent. Quand je suis seule, à la maison (ou ailleurs ?), je les exprime, je les laisse sortir, mais j’aimerais mieux ne pas en avoir en réservoir. Allez. Respiration.

Ce matin en prenant mon petit déjeuner, j’ai repensé à un tableau d’Isabelle Hervé qui a servi de modèle pour Aventures des Toiles : une femme montagne qui dort. C’est l’image de ma puissance. J’ai deux pulls sur ce modèle. Je ne sais pas si je peux retrouver une photo du tableau. J’aimerais bien. A chercher sur le net. Ah oui, dans ma tête, le tableau correspond tout à fait à ma puissance endormie. C’est l’illustration parfaite. Ah, mais est-il possible que je trouve le tableau ? Une image sur le net. Dans les archives de la toile ? Ce n’est pas si facile à trouver. Samedi, j’ai cherché la date du concert de Thomas Fersen, Miossec et Jeanne Cherhal à Vienne en 2004, ben, il m’a fallu du temps pour y arriver. Je retombais toujours sur le programme de Jazz à Vienne de cette année. Et impossible de remettre la main sur mon agenda de 2004 : j’ai toutes les autres années dans un tiroir de mon bureau. Il ne me manque que celui dont j’avais besoin. C’est fou !

Bagheera sur la terrasse. Ah, va-t-elle vouloir rentrer ? Ah non, elle a disparu ! Oh, Bagheera !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s