Douche cérébrale (66)

6 août

Week-end de repos. Rien de prévu. Rien de programmé vraiment mais plein de choses possibles à faire, tellement que deux jours n’y suffiront pas. Par quoi commencer… Les courses pour goûter la recette du lait d’or. Et puis… Il y aurait les plantes qui poussent le long du mur à arracher, les mûres à ramasser, Y. à appeler, plusieurs vidéos à regarder sur le net mais je ne veux pas y passer le week-end ! (Disons une ce soir et une demain… Et les webinaires du module 6 ? Lundi et mardi par exemple ?), un thème à envoyer à [écrire] , le bilan du défi des 100 jours à faire, du temps à conserver pour la rédaction de ma prochaine chronique (à mettre en ligne mardi). Je me réserverai demain après-midi pour la chronique. Tout le reste aujourd’hui ? Ouf ! Et puis j’y pense, ce n’est pas tout de ramasser les mûres, après il faut faire la gelée… A moins que je les balance dans un premier temps au congélateur. Ouaich ! Je peux faire ça. Oh, oh, ça s’organise, j’y vois plus clair. Super !

Il fait juste chaud à la maison. Je me demande si je ne serais pas mieux dehors. Sous le soleil. Oh. Comme j’ai terminé mon défi des 100 jours spécial intuition, je me suis dit dans la salle de bain que je pourrais continuer à poser une intention du jour et ce que me dit mon intuition ici même. Donc, mon intention du jour est de faire ce que j’ai prévu de faire dans ma douche cérébrale (courses, mûres, Y., bilan du défi des 100 jours, arrachage de plantes). Mon intuition me dit : « une chose après l’autre et l’essentiel se fera » . Oups ! J’ai oublié de noter la vidéo pour ce soir. Ce serait bien que je regarde cette conférence sur le soin aux animaux. Ah et puis j’y pense, je ferais bien une commande sur le catalogue de soutien d’Amnesty International : il y a un tapis qui m’a l’air pas mal et que je verrais bien dans l’entrée. Et la guirlande de papillons… Bon, ça c’est vite fait. Avant d’aller en courses pour poster la commande aujourd’hui-même. Yep ! Go, go, go ! C’est parti. Y a plus qu’à ! Mais pourquoi le téléphone sonne ? Non mais c’est qui qui me dérange ? Je ne sais pas. Je ne réponds pas. Je veux poser le stylo pour faire sortir ou rentrer les chats mais certainement pas pour répondre au téléphone. Faudrait que je fasse la démarche pour passer en liste rouge. Au moins là, je serai tranquille. Je serai, je serais… Un doute. Il me semble que les deux sont possibles en fin de compte. Ça dépend du degré de doute ou de certitude… Je sens les carreaux de la table sous le cahier. Ah, ce n’est pas très épais quand il ne reste qu’une page ou deux.

Il y a un chien qui pleure dehors. Il a l’air triste. Je ne sais pas à qui il est. Des voisins qui gardent un chien dont l’humain est parti en vacances. Possible. C’est l’hypothèse que je fais. Bon, quelle heure il se fait ? Je ne vois pas bien de ma place sur l’horloge de la cafetière. Est-ce que je ne boirais pas un petit café ? Ah ben peut-être que oui finalement. Tout à l’heure, ça ne me disait rien. Ni café, ni thé, ni infusion. Pas de boisson chaude. Juste un jus de fruit. Maintenant c’est autre chose. Je mangerais bien une tartine aussi. Ah oui, une tartine, de pain. Pour une fois j’en ai. Je crois que c’est lui qui me fait gargouiller le ventre. Donc, pas sûr que j’en rachète. Par contre, je finis celui-là.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s