Douche cérébrale (80)

20 août

Dernier matin, c’est mon dernier matin… Youpi ! Yogeeti était dehors, je l’ai fait rentrer, câlin et ronron. Oh, comment je pourrais partir plusieurs jours ? Oh la la, comme j’ai la tête lourde, endormie. Ça va être dur ce matin. La météo a annoncé pluie, il ne devrait pas y avoir trop de circulation aux Abrets pour Walibi…  Pour le moment on voit bien la lune. Pas trop de nuages. Pourtant le ciel était couvert hier soir. Ça serait mieux qu’il pleuve, je n’ai pas arrosé hier. Déjà plus de trois heures ! Aïe, aïe, aïe ! Faut que je m’active ! comment c’est possible qu’il soit déjà plus de trois heures ? Ah qu’est-ce que j’écris ? Je ne sais pas. Complètement perdue par l’heure qui tourne. Vite, vite, vite. Pffff. Sommeil, sommeil, sommeil.

J’aimerais bien avoir de l’inspiration pour mon nouvel épisode d’Alea jacta est. Je n’ai rien pu écrire hier. Bloquée. Dur, dur. Je ne sais pas quoi écrire. Me lever trop tôt me coupe l’inspiration. J’ai la tête lourde. Comment j’écris avec la tête lourde ? Eh  bien c’est simple, je n’écris pas. Fatiguée je suis. Je serais mieux dans mon lit. Comment il fait S. pour tenir avec deux heures de sommeil ? On n’est pas de même nature. Aïe, aïe, aïe. Je me sens fatiguée. Je dors debout. Et je me dis : presse-toi, tu vas être en retard ! Ouille ! C’est impossible dans mon état. Ah, Walter est venu jusque là, ça fait un quart d’heure qu’il attend sur la dernière marche d’escalier. Il va vouloir manger… Ben oui. Il attend pour manger. Walter, je suis déjà en retard… Est-ce que je peux écrire une page et demie en dix minutes ? Euh… Ben oui, sûrement, en écrivant gros et en répétant la même phrase : je ne sais pas quoi écrire.

J’ai envie de lire plein de bouquins… Je pourrai prendre le temps pendant mes congés… Donc, ici. Deuxième raison de ne pas m’inscrire au stage rando réflexo en octobre. Ah, Walter va vouloir sortir maintenant. Il a à peine mangé… Pffff. Walter, tu exagères.

Allez, plus qu’une page. Allez, allez, La Petite Rosette, trouve quoi écrire.

J’ai demandé hier un signe, quelque chose pour me décider à m’inscrire à la semaine réflexo rando en octobre. Ce matin, Yogeeti me fait la fête (oui, bon, ça fait plus expression pour chien. Bref). Ça ne me donne pas envie du tout de partir une semaine. De le laisser une semaine. Je l’aime particulièrement ce chat. Je ne sais pas pourquoi, je n’ai pas du tout envie de le laisser tout seul plusieurs jours. Pourtant, si je ne fais pas le stage en octobre, je suis tentée par le week-end rando chant à Pentecôte. Juin 2017. Ce n’est pas pour tout de suite. Mais bien envie de m’y inscrire. Si mes congés sont confirmés. Bon, bon, bon. J’arrive en fin de page. Quelle heure ? Trois heures vingt-six. Ah, c’est l’heure à laquelle je terminais hier matin. Ça va. Mouais. J’aurais bien voulu finir plus tôt. Oh ! Mirabob qui veut rentrer maintenant. J’arrive Chat, j’arrive. Je crois que le week-end communication animale va être déterminant pour mes déplacements futurs.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s