Douche cérébrale (85)

25 août

Le chat du voisinage est là, sur une marche de la terrasse. Il s’est installé. Bagheera ronchonne et ne sort plus. Je lui ai donné des croquettes mais il n’en a mangé que quelques unes. Il n’est pas affamé ce chat. Il règne sur le quartier peut-être… Ah, ça y est, il a quitté la place. Walter m’a fait lever trois fois cette nuit. D’abord à minuit et demie pour sortir. Ensuite à trois heures trente-trois pour manger trois croquettes. Et cinq minutes après pour sortir. Il va me rendre folle ce chat.
J’ai un doute par rapport à ce que j’écris.
Ce n’est pas pour des croquettes qu’il m’a réveillée la  deuxième fois. C’est parce qu’il avait vomi dans le couloir. Je suis allée dans la cuisine, oui, mais je ne lui ai pas donné de croquettes, ni rien à manger. Il était allongé sur le tapis du couloir. Bref, tout ça pour dire que je ne suis pas bien fraîche ce matin. J’ai mis le réveil à sonner à sept heures et demie pour faire toute la cuisine, oui toute, ce matin, c’est-à-dire, des tomates farcies végétariennes, de la soupe de fanes de radis à mettre ensuite au congélateur (ce serait dommage de gaspiller les fanes de radis que j’ai achetés hier, ils sont trop beaux ! Euh, elles sont trop belles — fane, mot féminin, je viens de vérifier) et la marmelade pour en finir avec les pêches. Ouf ! Trois jours que je fais des pêches ! Confitures. Clafoutis. Et marmelade. Ouf ! Je ne m’étais pas rendu compte de la quantité de fruits que j’avais ramenée de chez Y. C’est long à faire. Mais ça permet de remplir le congélateur et de me faire des réserves pour cet hiver. Faudrait que je fasse de même avec des légumes. Ouaich. Plus tard. J’ai assez donné cette semaine. Et à part ça la salle de bain n’avance pas. Et je n’ai pas fini ma chronique de la semaine dernière non plus. Eh, oh, c’est l’été, je suis en congés, programme différent. Voui. Et après ? Ben là, je ne sais pas trop quoi écrire.

J’ai faim. Envie de petit déjeuner. Je termine et je mange. Tartines de pain multi-graines à la confiture de pêche… Miam. Au beurre ? Il m’en reste un peu. J’ai tendance à le remplacer par du tahin. D’ailleurs, j’ai mis du tahin dans la pâte à clafouti.

Pffff. Je ne sais plus quoi écrire. Pas inspirée la fille. Envie d’attaquer la journée. Pas envie d’écrire. Oh, oh ! Ben si pourtant. Je ne sais pas quoi écrire, alors je me demande pourquoi j’écris trois (j’allais écrire trop…) pages tous les matins. J’espère l’inspiration venue d’ailleurs, à la place du récit de ce que j’ai fait hier ou du programme pour la journée. Ouaich ! J’aimerais bien qu’autre chose me vienne. Bon, là, je m’endors un peu. Besoin d’énergie. De manger.

Je n’ai pas mangé hier soir. Pas faim. Trop chaud. Fatiguée. J’ai déjeuné tard il faut dire aussi. Bref, ce matin je peux être affamée. J’ai de quoi être affamée.

Plus que quelques lignes… Ah… Les dernières lignes sont les plus difficiles… C’est toujours le plus difficile sur la fin, non ? Je m’assoupis. Dommage. Je voudrais bien être en forme, mais la chaleur me plombe. Ce n’est pas qu’il fasse déjà très chaud, il est encore tôt, mais ça s’annonce chaud pour aujourd’hui. Pas très motivant. Et pourtant. Allez, allez, La Petite Rosette, il est l’heure de petit-déjeuner ! Miam !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s