Douche cérébrale (97)

6 septembre

Le petit bouchon est sur la table. Il a mangé quelques croquettes et de la mie de pain ce matin ! Walter et Mirabob ont l’air d’apprécier ses croquettes. Il ronronne sur mon coude gauche. Oh, Petit Bouchon ce que tu es mignon !
Il va falloir que je cherche à savoir s’il a un humain dans le lotissement. Puis si quelqu’un voudrait bien s’occuper de lui. Le recueillir. Devenir son humain. Quand je le regarde, j’ai envie de le câliner, de rester à ses côtés. Mais je dois penser à Walter, Bagheera, Mirabob et Yogeeti. Je ne peux pas leur imposer un nouveau compagnon. Je ne dois pas les négliger.

D’où tu viens, petit chat gris ? Qu’est-ce que tu viens faire dans ma vie ? Ah, aujourd’hui c’est jour de chronique, je pourrais parler de toi sur mon blog. Ouaich. Raconter l’histoire. Ton apparition dans ma vie. Ma panique. Mon envie de prendre soin de toi. J’ai un cœur assez grand pour mes quatre mousquetaires et toi en prime. Mais je ne peux pas t’imposer à eux. Ah la la la la. Qu’est-ce que je vais faire de toi ? Je t’écoute ronronner dans le creux de mon coude droit (ouais, c’est mieux de ce côté). Je ne voudrais pas te laisser trop longtemps tout seul… Mais cet après-midi, je retourne à Lyon, demain matin je suis au péage. Demain après-midi, je vais chez I… ou pas. On verra. Jeudi, j’ai rendez-vous chez la coiffeuse, je ne sais plus à quelle heure, mais bon, là, ce ne sera pas très long. Ah non, ne rechange pas de bras… Ah, je vais écrire  tout tordu… Et puis ça va te faire bizarre le  bras qui bouge sous le ventre… Et c’est à ce moment-là que mes intestins s’activent. Bon, ben, pause toilettes.

Il y a un couple de merles dans la cour ! Le petit bouchon a envie de jouer. Je vais lui chercher le « truc » pendu à la chaise du salon. Comment on appelle ça ? Une espèce de mobile. Ça l’amuse un peu. Puis le revoilà sur la table.

M comme Mydriase ou comme Missy. Faut que je regarde d’où ça vient Mydriase… Divinité grecque ou quelque chose comme ça.
Faudrait que je me mette à ma chronique.
Est-ce que je dois aller acheter du lait et de la pâtée pour chaton aussi ?
Ou une brioche ? Pour ce soir et demain matin.
Voire des courgettes pour refaire un gratin…
A y est, mon cerveau s’emballe, je me sens à nouveau perdue. J’ai peur de ne pas être à la hauteur. Mon petit bouchon, qu’est-ce que tu viens remuer comme émotion cachée au fond de moi ?
Un air dans la tête. La chanson de France Gall : J’ai besoin d’amour…
Ça va, ça ne le dérange pas que je fredonne sur des ronrons. Cool. On fait un joli duo. J’adore. Trop chou ce petit chat. On est bien là tous les deux. Dans ma tête j’ai tout ce que j’aurais à faire. Mais, là, juste envie de savourer le moment. Je verrai plus tard pour le vidéo-blog, le bilan du premier quart de mon défi des 100 jours (je crois que la prochaine fois je commence un lundi et j’extrais les week-ends). Bon. Mon petit bouchon, va quand même falloir que j’aille me laver la tête. Oh, il fait sa toilette ! Synchrone ! Je vais aller faire la mienne. Je peux laisser la porte-fenêtre ouverte pour qu’il aille se promener. Ouaich. Je ne voudrais pas que l’autre chat en profite pour rentrer, mais je ne crois pas qu’il soit là. Il a déjà eu sa part de croquettes ce matin. Allez, zou, j’y go !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s