Douche cérébrale (99)

8 septembre 2016

Ah, ce matin je précise l’année…
Cette nuit, j’ai fait un rêve bizarre. Le four était ouvert et chauffait la pièce. La chaudière ne marchait pas. C’est papa, je crois, qui avait mis le four en route. Il m’a dit que c’était à moi d’appeler le plombier alors je n’étais pas franchement heureuse qu’il ait pris l’initiative d’allumer le four. J’ai réinitialisé la chaudière pour la relancer. Après le rêve se transforme. Il y a pas mal de monde qui discute. Ambiance réunion syndicale ou association militante. C’est d’ailleurs une association féministe. A un moment la responsable (je crois que c’est moi) prend la parole pour constater que les quelques garçons qui sont là ont monopolisé la parole et reproduisent le modèle patriarcal : « c’est nous les gars qui prenons les choses en main » . J’explique qu’il faut être vigilant et que les hommes n’ont pas à se positionner en chef.

Je dors. J’ai sommeil. J’aurais dû me coucher plus tôt hier soir, mais voilà, j’ai traîné sur Facebook. Oh, pas trop. Un peu quand même. Bon, ben là, je crois que je vais devoir aller aux toilettes.

Voilà. Le Petit Bouchon a envie de jouer. Eh ! Comment j’écris moi ? Ah ! Je suis allée lui chercher le chapeau à jouets pour chat. Je ne sais plus quand je l’avais acheté ce chapeau, ni pour qui… Il était à la cave, je l’ai vu il n’y a pas longtemps. Voilà, je l’ai remonté. Ça a l’air de lui plaire.

J’ai mal aux yeux. Ils sont secs. Pas assez dormi je crois. C’est même sûr ! En rentrant de chez la coiffeuse, il faudrait que je passe au Clos des Chats. Je dois passer pas loin. Il faudrait que je leur amène le petit bouchon. En fait, j’aimerais qu’il n’y ait pas de place. Ils étaient complets cet été. Une partie de moi voudrait qu’il n’y ait pas de place. L’autre sait que ça ne va pas du tout avec Walter, Yogeeti, Bagheera et Mirabob. Je ne les vois quasiment plus. J’ai l’impression que c’est surtout pour Walter et Yogeeti que c’est dur. Pendant ce temps, le petit bouchon s’amuse avec le chapeau rose. Je le/la regarde jouer. Il/elle m’a vue. En fait, je crois que c’est une femelle.

Bon, faut que je m’active. L’heure tourne. Quelle heure il est ? Non ! 8H39 déjà ! Aïe, aïe, aïe ! Faut vraiment que je me bouge. Comment c’est possible que ça fasse plus d’une heure déjà que je suis debout ! Ah la la ! Est-ce que je vais avoir le temps de manger un bout avant de partir ? Je vais le prendre. Mais vite.
Vite, vite, vite, je termine ma douche du cerveau.

N’empêche, je suis heureuse de constater que le petit bouchon, Muse, Missy, Miouse… mange. Ah oui, faut que je petit-déjeune, j’ai de la brioche. Miam, miam, miam ! En fait, faudrait que je fasse chauffer l’eau du thé déjà. Ouaich, mais le temps de me lever, de préparer, je perds le fil… Mais de quel fil je parle ? Là, je suis partie à écrire (n’importe quoi et mal) sans lever la plume. Allez, allez ! Ben voilà, suffit que j’écrive que je ne lève pas la plume pour me retrouver bloquée. C’est fou ça ! Allez, allez, encore quelques lignes. Je suis presque au bout. Tout est dans le presque. Oh ! J’ai mal aux yeux ! Ils sont trop secs. Pas assez dormi. Besoin de repos. De calme. Calmer la tête et les esprits. Respiration. Ah oui, tiens, c’est vrai, j’oublie de respirer en conscience. Pourtant ça pose. Ça ramène à l’ici et maintenant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s