Fermeture du cahier des douches cérébrales

Or donc, pendant cent jours, j’ai mis en ligne mon journal des trois pages du matin d’il y a deux ans. D’abord avec quelques coupes et un peu de réécriture et puis de plus en plus en livrant sans retenue mes pages brutes. Ça n’a pas été sans doutes, ni sans interrogations, compte-tenu du contenu…

Il faut dire qu’à la base cet exercice des trois pages — issu d’un ouvrage de Julia Cameron Libérez votre créativité — n’a pas vocation à être partagé. Il s’agit d’un exercice pour soi (je pourrais développer si j’avais le livre sous la main, mais je ne sais pas où je l’ai « rangé » …), sauf que, pour moi qui écris, tout exercice d’écriture devient matière à texte. Et même, tout élément de vie peut devenir matière à texte dans ce mouvement paradoxal où se livrer revient à prendre de la distance avec ce que l’on vit. Cette mise à distance dans le partage des trois pages du matin s’est accompagnée d’une anonymisation des personnes et du changement du nom des chats, mis à part Le P’tit Bouchon arrivé sur cette période puisque son nom de baptême constituait un sujet de réflexion.

En fait, je suis heureuse que le partage des douches cérébrales se conclut le 9 septembre avec l’arrivée de Missy. Il y a deux ans jours pour jour, je mettais en ligne un texte à son sujet, Mission P’tit Bouchon. Ainsi, la boucle est bouclée. Retour aux textes construits, récits, chroniques (aléatoires) et autres poèmes.

2 réflexions sur “Fermeture du cahier des douches cérébrales

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s