Le mot du jour : poussière

Poussière rime avec serpillère… Aujourd’hui, c’est jour de ménage. Je me demande quelle est la composition de ces particules qui viennent insidieusement se déposer sur les meubles…

Une recherche sur Internet, après le devoir de nettoyage accompli, a répondu à ma curiosité. La poussière est donc un « subtil cocktail de particules dont le diamètre est inférieur à 500 micromètres. Ces particules sont d’origine minérale ou organique » — est-il indiqué ici — « des cheveux, du pollen, des peaux mortes, des moisissures, des fibres de vêtements, des bactéries… et des […] acariens » — est-il précisé (dans le premier article aussi, mais j’avais envie de citer plusieurs sources) —.

Si, d’après une étude américaine de 2010, 60% de la poussière de la maison provient de l’extérieur [Comment éliminer la poussière ?], un article sur le site de Radio-Canada, soulignant l’aspect moins nuisible qu’il n’y parait de la poussière en citant une étude de 2011 menée par Charles Weschler, retient pour sa part qu’ « une des composante principales est la peau humaine. Celle-ci contient du squalène, un hydrocarbure qui a la propriété d’éliminer l’ozone. » [De l’importance de la poussière].

Orientant ma recherche sur ce physicien américain spécialiste de la pollution intérieure, je suis arrivée à un article de Science & Vie qui répond à une question que je ne m’étais pas posée mais qui aurait pu être abordée dans Les P’tits Bateaux de Noëlle Bréham : Qu’est-ce qui fait que la poussière est grise ? Je ne m’étais pas posée la question parce que je ne me suis jamais intéressée à la couleur de la poussière. Pour autant, je ne jurerai pas que celle que j’essuie des meubles soit grise… C’est-à-dire, avant de se retrouver sur le chiffon… Bref, la couleur grise de la poussière est un effet d’optique lié à la toute petite taille des particules.

Après ce détour par la Toile, j’en reviens au mot lui-même.

Poussière rime avec lumière. J’ajouterais : surtout ou avant tout. Poétiquement parlant. Parce que ça lui donne une autre dimension. C’est la poussière d’étoiles en provenance du fond de l’univers. Le changement d’échelle me fait regarder d’un œil différent la fine et non moins dense couche de particules qui recouvre les étagères.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s