Le mot du jour : pourquoi

Et pourquoi donc pourquoi ? Ben, pourquoi pas ? Ce pourrait être la vidéo du jour. Celle d’une interview d’Alexandre Jollien par Lilou Macé qui parle notamment de son livre de 2015 Vivre sans pourquoi.

J’étais en train de la regarder quand un cling m’a averti de l’arrivée d’un nouveau message dans ma BAL : ça m’a fait rire parce qu’il s’agissait du billet du matinaute intitulé « pourquoi le crash de Levavasseur devrait inquiéter tous les partis » . Je n’ai pas retenu le contenu de la chronique de Daniel Schneidermann, je suis restée sur le pourquoi.

Pour quoi
Pour quelle cause
Pour quelle raison
Dans quelle intention

On peut se prendre la tête longtemps avec ce genre d’interrogations, mais, en fait, personnellement, j’aime bien ça.

Il peut être intéressant sinon amusant de chercher à remonter à la raison de la raison, à l’intention du fond, quand on pose la question avec insistance : pourquoi tu vas travailler ? Pour gagner de l’argent. Pourquoi pour gagner de l’argent ? Parce qu’il a plein de choses à payer : les factures, les vêtements, la nourriture, les cadeaux… Pourquoi il y a plein de choses à payer ? Parce que c’est le système qui est comme ça. Pourquoi le système est comme ça ? … Avec le délice supplémentaire du « oui, mais » ajouté avant le pourquoi : oui, mais, pourquoi c’est comme ça ?

Il y a aussi l’ancienne pub d’Orangina Rouge que je trouve drôle :

Mais surtout, ce mode de question me ramène à l’âge des pourquoi des enfants, entre trois et six ans, quand ils et elles prennent conscience du monde qui les entourent. Je me souviens d’une chanson de Carlos…

Et puis il y a l’ouverture des possibles avec le pourquoi pas ? qui me rappelle un poème de Robert Desnos…

Une fourmi de dix-huit mètres

Une fourmi de dix-huit mètres
Avec un chapeau sur la tête
Ça n’existe pas ça n’existe pas.

Une fourmi traînant un char
Plein de pingouins et de canards
Ça n’existe pas ça n’existe pas

Une fourmi parlant français
Parlant latin et javanais
Ça n’existe pas ça n’existe pas

Et pourquoi pas ?

Robert Desnos

Bref, j’ai une tendresse particulière pour les pourquoi de l’enfance.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s