Le mot du jour : barrière

Sur les péages d’autoroute, où il n’y a quasiment plus de cabines, il y a encore, à ce jour, des barrières : des barrières amont pour sécuriser une voie fermée, c’est-à-dire empêcher un véhicule de l’emprunter alors que le feu d’affectation est sur croix rouge, et des barrières aval qui se lèvent sur les voies d’entrée à la prise du ticket ou quand un badge est détecté, sur les voies de sortie quand le paiement est validé.

Dans l’univers autoroutier on parle aussi de grande barrière à propos d’un péage principal aux nombreuses voies d’entrée et de sortie à l’extrémité d’une autoroute, par opposition aux petites gares ou péages satellites, qui concernent les dessertes locales.

La barrière empêche le passage. Si on peut la voir comme un frein physique à la libre circulation, d’un autre point de vue, elle offre aussi une protection : au passage à niveau, notamment.

Des fois pour se protéger, on se met des tas de barrières…

Je me suis déjà dit que travailler au péage satisfaisait mon besoin relationnel tout en respectant mon besoin de solitude (des échanges succincts qui n’engagent en rien), et que ne pas travailler à horaires fixes nourrissait un côté saltimbanque. Je n’avais pas encore fait de lien jusque là entre les barrières de péage et les barrières intérieures : j’sais pas faire ; je n’y arriverai pas ; je ne suis pas à la hauteur ; j’ose pas

Non, le péage comme psychanalyse, je n’y avais pas pensé.

Suite à ces réflexions matinales avec vue sur des péages, une fois de retour à la maison, j’ai ouvert mon dictionnaire et j’ai réalisé que j’avais quelque peu interpréter le sens du mot. En effet, la barrière est définie en tant que clôture (anciennement porte qui fermait l’entrée d’une ville, d’un château), obstacle naturel, ou pas, limite à ne pas franchir. Dans ma représentation personnelle de la barrière de péage ou du passage à niveau, elle s’ouvre et se ferme — sur commande, pourrais-je dire — il s’agit d’une limite temporaire. Alors, là, du coup, je me demande si je peux extrapoler aux barrières intérieures…
Sont-elles aussi simple à lever ?
Où serait la commande ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s