Le mot du jour : tergiversations

La vie est une question de choix, de priorités. Qu’est-ce que je fais passer avant ? Qu’est-ce qui est le plus important pour moi ? Euh, mais quel moi d’abord ?

Mon moi héroïque : « Je peux tout faire ! Même pas peur d’une nuit de trois heures, même juste après le passage à l’horaire d’été. »

Mon moi confort : « Ah non, c’est trop ! Ce n’est pas possible ce rythme d’enfer. Je vais être sur les rotules. Je risque la céphalée. Non, ça ne va pas le faire. J’ai besoin de respecter mes heures de sommeil. Déjà que je vais être perturbée par le passage à l’horaire d’été. Non, non, non, ce n’est pas possible cet emploi du temps de la semaine prochaine ! »

Mon moi salarié : « Le travail avant tout. »

Mon moi Kairos : « J’ai une autre activité sur mon jour défini en tant que jour de repos. Je ne vais pas potentiellement travailler sept jours d’affilée ! J’ai besoin d’un véritable jour de repos. »

Mon moi raisonnable : « J’ai fait part de plusieurs demandes relativement à la constitution du nouveau calendrier semestriel, c’est donnant-donnant, je peux accepter cette semaine chargée. D’autant que c’est la première de l’année. »

Mon moi rebelle : « Je suis à temps partiel, certes annualisé, ce n’est pas pour réaliser quarante heures par semaine ! Je travaille pour vivre, en aucun cas je ne vis pour travailler. Eh, j’ai une vie en dehors du boulot ! »

Plusieurs choix s’offrent à moi… A cet instant précis, je ne sais pas encore ce qui va l’emporter…

J’ai ouvert mon Petit Robert à la page deux mille deux cent trente-trois pour trouver la définition de tergiversation :

Le fait de tergiverser ; attitude, conduite de quelqu’un qui tergiverse ⇒ atermoiement, faux-fuyant, hésitation.

Puis je suis allée regarder l’étymologie de tergiverser dans le Robert Historique. Et là, page deux mille cent quatre, c’est la stupéfaction !

TERGIVERSER […] est emprunté […] au latin classique tergiversari, proprement « tourner le dos » d’où au figuré « user de détours pour éviter » . Ce verbe est issu, par l’expression terga vertere « tourner le dos » , de tergum « dos » et versari « se tourner souvent » . […]
Tergiverser « user de détours » signifie aussi par extension « hésiter longuement » .

Il ne pouvait pas y avoir un mot plus adapté pour exprimer mon état. Car, de fait, je tourne le dos à un emploi du temps trop chargé et je cherche le meilleur moyen pour l’éviter. Je me demande quelle est la solution la plus satisfaisante… A quoi dire oui ? A quoi dire non ? Qu’est-ce qui est le plus juste ? J’ai entendu mes différentes facettes. Je laisse reposer.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s