Le mot du jour : café

Je l’ai extrait de la liste des mots du jour potentiels — des mots évocateurs, qui me plaisent bien, d’ailleurs, celui-là je l’ai déjà mis en poème il y a quatre ans — sentant que son tour était venu. Car, ce matin, enfin, à l’approche de midi, je me suis préparé un café, non pas en vue de faire une pause, mais bien pour me réveiller la tête, pour activer la soupe de cellules grises de chez grises de dans mon crâne. L’effet n’a pas été fulgurant. Je me suis resservi une larme constatant que j’avais terminé ma tasse sans m’en rendre compte. Et puis, à un moment, je suis passée en mode activité et oh ! Surprise ! carrément en mode je jette, je mets à la poubelle ou dans le garage en attendant d’aller à la déchèterie. Ce n’était pas prévu dans le programme du jour, mais j’ai suivi l’élan donné par la tasse d’alcaloïde à pouvoir psychotrope. Je m’attendais à un éclaircissement de l’esprit, je me suis tout simplement mise en mouvement sans tergiverser. J’ai bien apprécié.

Sans doute originaire d’Ethiopie, le café qui a une action sur la psychophysiologie humaine doit son succès à une autre de ses qualités, plus culturelle : la convivialité.  Car le mot ne désigne pas seulement une boisson, ni la graine à la base de sa confection, mais aussi un établissement public, un lieu d’échanges et de rencontre ouvert sur l’extérieur. Et « Prendre un café » est devenu le symbole de la sociabilité. Voilà en résumé très condensé — pour ne pas dire très serré — le riche article de trois pages du Dictionnaire Culturel en langue française.

Au sujet de l’étymologie, je m’en réfère, une nouvelle fois, au Robert Historique :

CAFÉ : mot apparu vers 1600 sous diverse formes, et emprunté au turc qahve, lui-même repris de l’arabe qahwa, qui, selon Littré, désigne la boisson, non la graine, et signifierait à l’origine « liqueur apéritive ».

Dictionnaire Historique de la langue française
Le Robert

Vu l’heure à laquelle je vais mettre en ligne ce billet, je pense que ma boisson du petit-déjeuner demain sera un café. Au lait ou pas ? Telle est la question que je ne pose pas vraiment, mais qui me vient du refrain qui me trotte dans la tête depuis tout à l’heure. Partager la vidéo me donne l’occasion de découvrir, non sans émotion, les paroles : « Les amis c’est du café, qu’on sert très fort quand ça va mal » .

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s