Le mot du jour : chocolat

En avril ne te découvre pas d’un fil… Certes. Mais à deux jours du mois de mai où l’on fait ce qui nous plaît, on pourrait espérer des éclaircies, un temps plus doux, ne plus entendre le chauffage se mettre en route… En ce vingt-neuf avril deux mille dix-neuf, il fait un temps à boire un chocolat. Un bon chocolat chaud : cacao, miel et lait de riz et de coco. Un savoureux goûter réconfort.

Voici un bout d’histoire du mot chocolat extraite de l’article du Dictionnaire culturel en langue française.

Le chocolat, mot de la langue nahuatl (aztèque), de même que cacao, fut introduit en Europe par les Espagnols qui avaient découvert au Mexique l’usage du cacao, au XVIe siècle.

Les habitants du Mexique absorbaient la poudre de cacao mélangée à de la farine de maïs, du rocou [fruit du rocouyer] et du piment, et ils le considéraient comme un don des dieux.

[…]

L’origine du mot nahuatl, ou aztèque, tchocoatl, est très controversée ; le mot maya chokal « chaud » , traditionnellement évoqué, ne semble pas convenir. L’hypothèse la plus souvent évoquée, est celle de Rabelo, qui posait choco pour « cacao » (cacahuatl, qui a de nombreux dérivés, parmi lesquels cacahuete « cacao de terre » [tlalli] » , d’où cacahouète) et late « eau » , pour l’élément –atl. Si le sens de choco– est contesté, –atl manifeste clairement que le terme concerne une boisson […]. Quoi qu’il en soit, l’espagnol chocolate est resté attaché aux produits alimentaires à base de cacao, substance provenant d’un arbre sacré pour la religion aztèque, et d’abord au tchocoatl mexicain, censé provenir du  tchacahoua des Mayas. Le conquistador Cortez, accueilli par Moctezuma, put visiter la plantation royale à Maniapeltec, où les rituels de la cueillette montraient la valeur sacrée, et aussi économique, du cacao et de la boisson qu’on en tirait. Les fèves de cacao étaient aussi une monnaie d’échange.

Tristan Hordé et Alain Rey
Dictionnaire culturel en langue française

Qu’ajouter ? Rien. Juste à savourer, sans scrupules, parce que le chocolat contient quantité de bonnes substances (magnésium, phosphore, fer, etc… Pour en savoir plus sur les vertus du chocolat, consulter, par exemple, cette page).

Et puis si, je vais ajouter quelque chose finalement, une légende chocolatée que je viens de trouver, pour accompagner le moment de dégustation. La légende de la princesse aztèque :

Une princesse gardant le trésor de son époux parti à la guerre, fut attaquée par des voleurs. Refusant de leur dévoiler l’endroit où était caché le trésor, les voleurs la tuèrent. Son sang se répandit sur le sol d’où poussa une plante.

La légende raconte que cette plante donna des fruits non comestibles, mais qui cachent, comme la princesse l’avait fait, un trésor dans ses graines, amères comme les souffrances de l’amour, fortes comme la vertu et rosées comme le sang de la princesse.

Cette plante, c’était le cacaoyer, offerte par le Dieu Quetzalcóatl aux aztèques en hommage à la fidélité de la princesse pour son époux.

La princesse aztèque
par Anne-Laure Jouvenal

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s