Bonne année 2021

Chercher des mots qui pétillent
Pour célébrer comme il se doit
Cette nouvelle année
Les entrechoquer en vers
Libres

Champagne !

Compter les bulles
Deux-mille-vingt-et-une
Pas une de moins
Comme autant de remises à zéro

Effacés les schémas poussiéreux
Abandonnées les vieilles données
Lâchés les anciens repères

Ecouter ce qui inspire
Sentir le souffle
Suivre l’élan neuf
Libre

Que cette année vous soit douce
Et parfumée aussi
Sans en être pour autant moins
Vibrante et enflammée

Nébuleuse

Quelque part
Dans une nébuleuse

Nébuleuse

Née bulleuse
Dans ma bulle
Je bulle
Si seulement
Mais non
Ce n’est pas ça
C’est autre chose

Une nébuleuse
Cosmique
Intergalactique

Sans attache
Sans accroche
Complète dissolution cérébrale
Flottement doux
Poupoupidou

Laisser filer
Sans filet
Se laisser glisser

Laisser faire
Laisser être
Laisser naître

Goûter l’expansion nonchalante

Dans ma tête

Ça grouille dans ma tête
Des idées par centaines
Des possibles par milliers
Des milliards de connexions
Embrouillées

Ça grouille dans ma tête
Ça, ça, ça et ça
Et puis ça aussi
Ou alors ça
Ah ! Et j’allais oublier encore ça

Ça grouille dans ma tête
Sans rien qui sort
Empêtrée dedans je reste
Liste, liste, liste, liste
En boucle et sans fin
Activité monstre et brouillonne

Ça grouille dans ma tête
Attention au pivert
Qui pourrait venir taper
Une autre solution pour aérer ?
Pour oxygéner ?

Revenir au corps
Exprimer par le geste
Ecrire dans l’espace
Se mouvoir
Danser ce qui est là
Ici et maintenant

Acrostiche, niveaux 2 et 3

Profitant d’un dimanche après-midi calme et tranquille, je me suis exercée, en plusieurs temps, au jeu de l’acrostiche sur le thème lumière.

Premier essai, acrostiche aux deux bouts, pour corser l’exercice :

L‘autre soir, au village, il y avait un bal
Un individu tout maigre et chevelu
M‘a fait du gringue sur une chanson de M
Il était timide et gauche, pas très joli
Evidemment, j’ai répondu par une moue
Ridicule pour lui signifier son erreur
Erreur ? Son rire a révélé sa lumière

Comme le résultat me plaisait moyennement, j’ai rejoué avec ombre et lumière sur des alexandrins :

Où que tu en sois de ce qui t’es essentiel
Marche à l’étoile, va, cours, oublie le superflu
Bras ballants, en croix ou en couronne : carpe diem
Ris des situations, de l’absurde, de l’ennui
Explore, expérimente, joue, vis en dilettante
Exprime ce qui te traverse les tripes et le cœur
Tel est en matière de vie, l’art et la manière

La rime à l’hémistiche du cinquième vers a fait tilt. Me voilà repartie pour un troisième tour.

Où que soit ton réel, pour ton être essentiel
Marche à l’étoile, à nu, oublie le superflu
Bras en croix, ballants, même en couronne : carpe diem
Ris des situations vécues, de l’ennui
Explore, expérimente, joue, danse en dilettante
Exprime tes joies tes peurs, ce qui est dans ton cœur
Telle est en la matière la vie, l’art, la manière

Et j’ai pu enfin poser le stylo.

Une minute de danse par jour*

Une minute

Chaque jour

Un acte de résistance

Poétique

Entrer en résonance

Avec

Ce qui est là

En ce moment précis

Le cœur qui bat

A l’unisson du monde

Une respiration

Une ouverture

Une échappée

Un pas de côté

Retrouver en cet instant

La fréquence de la vie

* http://www.uneminutededanseparjour.com/
https://www.facebook.com/groups/1619056418243753/?ref=bookmarks

Appel d’air

 

Stop ! Ça suffit la mascarade !
Lâchez-nous les baskets.
Laissez-nous respirer.

J’ai envie de partir, prendre de la distance.
Le pouvoir des fleurs chante je ne sais plus qui.
Je ne me rappelle même plus de l’air…
N’empêche,
J’ai grande envie de gambader dans la nature.

Oui, c’est ça.

L’appel de la nature.

Ah, vivre en grand.
Démasquée,
Libre.
Après avoir appuyé sur le bouton reset.

Risettes au soleil,
Tête en l’air,
Légère
Et danser,
Révéler ce qui était caché.

Vie

J’écris, je colorie, je crie, je ris, je substantifie, je calligraphie, je lis, joli, je lie.

Je nourris, je farcis, je salsifi, je brocoli, je guéris, j’initie, j’exemplifie, je fourmi.

J’épie, j’Iphigénie, je clarifie, je calvitie, je balbutie, je tapis, je souris, je m’identifie.

Je confie, je conchie, je pétrifie, je maudis, j’éclaircis, je cartomancie, je magie.

Je superficie, je mendie, je multiplie, je complexifie, je redis : je photographie.

Je versifie, j’irradie, je Néfertiti, j’amplifie, je m’extasie, je folie.

je introvertie.

J’initie, je fantaisie.

Je poésie.

Je vis.

 

Confinement jour 12

Moi qui me prenais pour une solitaire
Je découvre le besoin de vie sociale
Moi qui me croyais rebelle de la Terre
J’apprends le manque des corps. Assez spécial

Ben mince alors !

Il aura fallu ce confinement
Pour que je goûte cette nouvelle sensation,
Pas agréable, d’être coupée des gens
Seule, à la maison, sans autres relations
Que virtuelles offertes par Internet.
De nature introvertie, je pensais :
Quelle expérience royale ! Sauf que, de fait,
Je suis fébrile, je ne trouve pas la paix.

Allons donc !

Moi qui me prenais pour une solitaire
Je me découvre avoir besoin de liens
Moi qui m’imaginais fille de la Terre
J’apprends le manque de mes concitoyens.

Courage

Allez, vas-y
Sors de ta retenue
Lâche les chevaux
Ouvre le coffre-fort
Et
Parle
EX-PRI-ME-TOI
Dis ce que tu as sur le cœur
Ce que tu portes
Délivre ton message
Partage qui tu es
Expose ce qui t’anime
Tu peux
Il suffit de pas grand chose
D’un pas
Il suffit
D’oser
Il suffit d’un peu de souffle
Et d’articulations
Oui, vas-y
C’est le moment
Courage